#Sport de nature 3/4 : La course d’orientation

Salut à tous les apprentis sportifs,

Aujourd’hui, on se retrouve pour la troisième étape de mon défi « Découvrir 4 sports de nature en 4 semaines pour les débutants ». Pour ceux qui ne m’auraient pas suivi depuis de début de l’aventure, nous avons précédemment parlé dragon boat et snorkeling. Deux activités « nature » qui méritent de s’y attarder en cette rentrée sportive.

La course d’orientation, un sport ludique

La course d’orientation est une activité physique de pleine nature où les pratiquants, munis d’une carte et d’une boussole, doivent trouver des points de contrôle appelés « balises ». En règle générale, le site de pratique n’est pas connu par l’orienteur afin de ne pas négliger la partie intellectuelle de l’activité.

A la découverte d’un patrimoine culturel et environnemental

La course d’orientation se pratique le plus souvent en milieu naturel. Traverser la forêt, prendre le premier chemin à gauche et passer au dessus du ruisseau. Voilà le quotidien d’un pratiquant de course d’orientation lorsqu’il prend sa carte et sa boussole. Le site de pratique change constamment et c’est ce qui donne de l’attractivité à cette activité peu connue. En quelques minutes de marche, vous découvrez alors un patrimoine riche en tout point.

Faire un sport de pleine nature permet de se déconnecter de notre train-train quotidien et d’oublier tous nos soucis. La nature nous offre un moment de pure liberté et d’évasion. Seul ou à plusieurs, vous vous retrouvez en dehors des sentiers battus ! Profitez alors pour vous oxygéner en faisant travailler vos méninges et connectez-vous à la nature.

Tous les sites sont potentiellement exploitables pour la course d’orientation. En forêt, en montage, en campagne, sur un littoral, les terrains de jeu sont multiples. Le milieu urbain n’y échappe pas ainsi que les parties de jeux nocturnes ! C’est le moment de découvrir ou bien redécouvrir un patrimoine historique oublié. A force de passer devant certains lieux, on n’y prête plus attention.

course d'orientation

La réflexion au coeur de l’activité

La course d’orientation n’est pas uniquement une activité de marche ou de course à pied. Il faut courir intelligemment ! La notion de repérage dans l’espace en fait un des sports les plus techniques. L’objectif est de savoir où l’on se trouve sur la carte pour ne pas s’égarer et perdre du temps dans la recherche des balises.

Avant de partir bille en tête, vous devez prendre connaissance de votre site de pratique et de la carte. Vous devez alors repérer votre itinéraire et identifier les points remarquables dont vous allez vous servir. La course d’orientation travaille notre perception de l’espace en stimulant notre logique et notre observation. Le pratiquant doit ainsi faire travailler en synergie un effort physique et intellectuel, afin d’être encore capable de prendre les bonnes décisions. 

Différentes manières de pratiquer la course d’orientation

Depuis quelques années, la course d’orientation se démocratise et touche de plus en plus d’adeptes. En effet, il est possible de pratiquer la course d’orientation sur différents supports :

  • A pied,
  • A VTT,
  • En ski nordique,
  • En raid sur plusieurs jours.

Le fait de pouvoir pratiquer la course d’orientation sous différents formats permet d’ouvrir à un public plus large ; seul, entre amis, en famille, en marchant ou bien encore en courant. L’avantage est qu’il n’y a pas de pré-requis concernant la condition physique. Chacun peut y aller à son rythme. Le travail de réflexion permet alors de rendre l’activité ludique aux débutants. Vous vous motivez chaque séance un peu plus afin de trouver davantage de balises sur le parcours ou bien faire plus de distance.

Un effort physique sans s’en rendre compte

Par définition, la course d’orientation est une course de vitesse. Or si l’on respecte scrupuleusement cette définition, on ferme la porte à un grand nombre de personnes. Et ce n’est pas l’objectif. Chaque problème a sa solution ! Vous ne pouvez pas courir ? C’est n’est pas grave, faites le en marchant. Vous avez du mal à marcher ? Utiliser des bâtons de marche nordique. L’avantage est que vous réduirez votre poids de corps et vous soulagerez vos articulations.

Lorsque vous recherchez une balise d’orientation en forêt, la partie pédagogique de l’activité vous fait oublier l’effort physique. Et ça, ce n’est pas négligeable. Je le répète encore une fois, il faut faire du sport pour le plaisir. Et une fois remis en selle, rien ne vous empêchera d’augmenter la difficulté.

La course d’orientation mobilise essentiellement les muscles des membres inférieurs ainsi que du tronc. On peut l’apparenter à la course à pied. A la différence qu’il y a de nombreux changements de rythme dus à la recherche des balises. Il faut monter, descendre, passer sur des obstacles, s’arrêter, traverser un site accidenté, etc. Par l’activité, le système cardio-respiratoire est alors sollicité et l’on travaille principalement notre endurance.

Se balader autrement avec le geocaching

La course d'orientation 2.0

Le geocaching, c’est la course d’orientation 2.0 d’aujourd’hui. Rien de plus simple : avoir un smartphone et télécharger l’application Geocaching. Et hop, c’est parti !

C’est un merveilleux concept collaboratif. Le principe, des géocacheurs dissimulent des caches de différentes tailles et indiquent leur coordonnées GPS sur la plateforme. Ensuite, les géochercheurs se connectent sur leur smartphone et téléchargent la localisation. Personnellement, je suis adepte de ce nouveau phénomène et j’adore.  C’est encore plus ludique que la course d’orientation traditionnelle. Et le plus marrant, c’est que les caches sont dissimulées pour ne pas être découverts par les moldus (ndlr : Les non-initiés en référence à la série littéraire Harry Potter). J’en ai déjà trouvé cachées sous des souches d’arbres, d’autres dissimulées dans des pommes de pins.

En 2017, elles sont plus de 3 millions à être répertoriées sur le site, dans plus de 180 pays, dont une dans la Station spatiale internationale. Il y en a partout ! En ville, en montagne, en forêt, près d’une rivière, parfois même à côté de chez vous. Mais attention, chaque cache doit rester à sa place pour que les autres géochercheurs puissent les trouver. Chaque géocache contient au moins un “logbook”, un petit carnet qui vous permet de laisser une trace de votre passage.

Où faut-il aller pour faire la course d’orientation ?

Allez jeter un oeil sur le site internet de la Fédération Française de Course d’Orientation (FFCO). Une carte des clubs y est à disposition. Concernant le coût de la licence, elle varie entre 40 et 120 € selon l’âge et le type de pratique. L’avantage de s’inscrire dans un club, c’est que les éducateurs sportifs connaissent leur activité et ils pourront vous conseiller correctement, enfin la plupart 😉

Il existe des parcours de course d’orientation ouverts à tous. Cependant, il faut réussir à récupérer les cartes, qui appartiennent généralement aux mairies ou à des organismes privées, dans le cadre du sport scolaire. Et c’est là que le geocaching a son intérêt par rapport au format traditionnel de la course d’orientation. Il est accessible à tous et partout dans le monde.

De nombreuses courses en France sont également ouvertes, sans avoir besoin d’être licencié dans un club. Je pense notamment à la Zomb’in The Dark, une course d’orientation nocturne en territoire zombie :

“Validez un maximum de balises, mais gardez un œil sur le chrono ! Au-delà du temps imparti, vous perdez des points. Et surtout, prenez garde aux zombies : s’ils arrachent vos languettes de vies, vous perdez aussi des points !”

Conclusion : pourquoi pratiquer la course d’orientation ?

La course d’orientation, un sport qui fait marcher la tête et les jambes ! Pour moi, cette activité a deux points forts : son site de pratique et son aspect ludique. Evoluer en pleine nature permet de se déconnecter du quotidien et de prendre du temps pour se ressourcer. D’autre part, vous ne faites pas que de marcher ou courir en pleine forêt. Votre but est simple : trouver des balises. Et ce n’est pas si simple, car cela demande de l’analyse et de la réflexion. Une excellente activité sportive pour mobiliser votre tête !

Vous allez me dire que je radote, mais je veux le marteler : le sport est un plaisir ! Faites du sport parce que vous en avez envie et pas parce qu’on vous a dit de faire du sport. Le déclic doit venir de vous. Engagez-vous dans une activité qui vous plaît. Mon objectif est de vous faire découvrir différents sports de pleine nature qui peuvent convenir à tous, sans condition de niveau. Que vous soyez bien portant ou malade, le sport doit être au coeur de votre santé.

J’espère que cet article vous a plu. Je vous retrouve la semaine prochaine pour la dernière activité de ce défi, l’escalade ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous.

Partager l'article :
  •  
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages
  • 4
  •  
  •